Créer un site internet

Hunder dans la Vallée de la Nubra : le désert froid

Une excursion très plaisante au Ladakh et, à mon avis, plus intéressante que le lac Pangong Tso, est la découverte de la Vallée de la Nubra, au nord de Leh, en direction du Pakistan. Les paysages sont ubuesques ! Tout comme l’histoire de cette région. Idéalement, partez pour trois jours et faites de bonnes pauses à Diskit, Hunder et Turtuk. En deux jours, vous ferez beaucoup de voiture, mais c’est aussi jouable en partant tôt le matin. Les sources d’eau chaude de Panamik, de l’autre côté de la rivière, peuvent aussi se visiter et sont même plus populaires que Turtuk, mais elles sont moins intéressantes que la vallée qui mène à ce village.

Le col de Khardung La

Vallee de la nubra col de Khardung la

En partant de Leh, les montagnes revêtent rapidement leur manteau blanc. Cette première partie jusqu’au col de Khardung La (5 602 mètres) est interminable. La route est mauvaise et les camions, bus et voitures ont du mal à se croiser, surtout en cas de mauvais temps. Notre excursion a d’ailleurs été repoussée d’un jour à cause des pluies diluviennes tombées la vieille. Et dire qu’il est censé ne jamais pleuvoir au Ladakh ! Des Indiens travaillent sur le bord de la route pour améliorer l’état de la chaussée. Leur situation n’est pas enviable, mais ils ont l’air correctement emmitouflés. Le col se présente comme celui du Pangong Lake, avec un petit restaurant, un temple et des toilettes.

Du col à Diskit

Riviere de la nubra vers diskit

De part et d’autre du col, les camps militaires de South et North Pullu. C'est là où vous devrez soumettre votre permis, valable 10 jours. A Khardung, quelques kilomètres plus loin, vous aurez fait un tiers du chemin.

La route descend ensuite, la neige fond et les montagnes reprennent leurs tons habituels. Seules leurs calottes restent saupoudrées de blanc. Les éleveurs de moutons font leur apparition. A cet endroit, la rivière se divise en deux bras. Nous suivons le bras inférieur, celui qui mène à Turtuk, via Diskit et Hunder. Asséchée parfois, la Nubra a creusé une large vallée et projette des formes géométriques surréalistes.

Fabuleuse statue de Diskit

Vallee de la nubra diskit statue bouddha

Déjeuner à Diskit est une bonne option pour couper la route, bien goudronnée à présent et quasiment en ligne droite. Ne manquez pas cet endroit et demandez au chauffeur de quitter le village moderne, après le repas. Il faut aller dans le vieux bourg pittoresque de Old Diskit pour grimper à son gompa ou bien rejoindre l’immense statue de bouddha de 32 mètres de haut.

Le désert froid de Hunder

Vallee de la nubra desert froid chameaux hunder

Attention les yeux ! Qui aurait cru, qu’à cette altitude, un désert aurait élu domicile ? Et pas juste le désert, les chameaux avec ! Non, vous ne rêvez pas. Si Hunder est si apprécié des touristes, c’est parce que le village baigne dans un désert de sable doré, où s’ébrouent des chameaux bien poilus. Avec, en toile de fond, la neige, évidemment.

Pour 5 minutes de ce paysage, je ne regrette pas les deux jours de voiture. Vous ne devez ratez ce désert froid sous aucun prétexte. Il est possible de faire un petit tour sur les chameaux (300 Rs). Ce n’est pas indispensable mais ces chameaux-là sont très amusants. Ils sont courts sur pattes et leurs réserves d’eau sont à plat. En été, ils perdent leurs poils et les bébés ressemblent à… des autruches ! 

De Hunder à Turtuk

Vallee de la nubra hunder desert froid

Après avoir quitté Hunder et Skuru, la route continue encore, et encore, et encore ! Nous pénétrons dans une zone musulmane. Les montagnes changent tous les kilomètres que ce soit par leur forme, leur constitution ou leur couleur. La route redevient plus sinueuse et se perd littéralement dans les confins de l’Inde. Il n’y a plus de village ici.

Et soudain, au bout de la route... Turtuk. La bourgade se compose de trois parties : la partie haute, la plus jolie, la partie centrale, où se situe notre hôtel-restaurant, Ashoor Guest House, et la partie basse, sans intérêt. Turtuk compte 2 300 habitants, soit respectivement 80, 150 et 120 maisons réparties entre le bas, le moyen et le haut Turtuk

Notre hôtelier fait preuve d’une amabilité remarquable et nous accueille de la meilleure des façons. L’auberge est toute neuve, propre et bien chauffée. Il prend le temps de nous parler de l’histoire de son village et nous propose une petite promenade avant la tombée de la nuit et le lendemain matin. Au dîner, nous goûtons aux délicieux abricots confits locaux et le lendemain, aux galettes de sarrasin à la confiture.

Pour plus de renseignements, n'hésitez pas à me contacter ou consultez le carnet de bord.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×