Créer un site internet

Desigual met Lyon à poil

Mardi soir, rue de la République, ils étaient plus d’une centaine à dormir devant le magasin Desigual. La marque espagnole offrait une tenue complète aux 100 premiers arrivants à l’ouverture des soldes le lendemain. A 23 heures déjà, le numérus clausus était atteint selon une liste non officielle qui circulait parmi les courageux venus braver le froid. Parmi eux, de jeunes Lyonnais, garçons et filles, bien décidés à vivre une expérience originale, des habitants des départements limitrophes et même un couple de Montpellier venu en covoiturage avec une troisième personne. « Nous allons rentrer dans nos frais puisque nous repartirons avec deux produits chacun », expliquaient-ils.

 img-3413.jpg

L’expérience avant tout

« Nous sommes venus pour le concept, pas seulement pour les vêtements », expliquent des noctambules, emmitouflés dans leur duvet, un pack de bières et des cartes en main. Quand on leur demande s’ils sont vraiment prêts à tout pour avoir des vêtements gratuitement, la réponse est la même. « L’expérience prime. Des vêtements, je peux m’en acheter quand je veux », explique une jeune fille. Certains travaillent le lendemain, vont en cours, ou pire, passent leurs partiels. « J’ai attendu 35 heures pour voir Lady Gaga, à côté ce n’est rien », martèle le numéro un, Kamel, pied de grue à partir de 19 h 30.

 img-3434.jpg

Une nuit longue et mouvementée

Vers 1 h du matin, l’ambiance bonne enfant laisse la place à des échauffourées entre des badauds alcoolisés et des participants. Depuis l’immeuble au dessus du magasin, de l’eau et des œufs sont jetés alors qu’une fête bat son plein. Dans un premier temps, la police intervient pour un retour au calme avant de se poster dans cette portion de la Rue de la République pour éviter des débordements. A trois heures du matin, c’est la trêve, chacun patiente devant la porte de Desigual. De nouvelles personnes essaient de se greffer au noyau initial qui tâche de rester groupé. « C’est du jamais vu. Dans les autres pays, les gens font la queue à partir de 6 h du matin grand maximum », estime Betty, une vendeuse. Rapidement, la perspective de l’arrivée de nouvelles personnes par les premiers métros irrite les courageux de la première heure. Tous attendent impatiemment le personnel de Desigual pour plus d’informations sur les modalités de remise des badges et la mise en place d’un dispositif de sécurité. Il leur faudra attendre 6 heures du matin, et la venue des agents. Ces derniers installent une protection pour contenir la foule, gonflée de dizaines de nouveaux arrivants à chaque rame de métro.

 img-3447.jpg

La marque dépassée par le succès de l’opération

Ce n’est qu’à partir de 7 h 30, à l’issue d’une interminable queue, que les cent premières personnes massées devant la porte sont sélectionnées au compte goutte. Pour d’autres, la déception est rude. Reste l’ultime étape : l’effeuillage. Exit pull, bonnets, gants et doudoune. En file indienne, les 100 privilégiés mettent leurs vêtements dans un sac. Ils ne resteront finalement que quelques minutes dans la rue, par trois degrés, sous le regard étonné des badauds et les flashs des photographes, avant de se précipiter, à 9 h 15, à l’intérieur du magasin où la presse et les responsables de la marque les attendent caméra au poing. « Nous étions venus en repérage hier après-midi », expliquent Julie et sa copine Coralie. Les manteaux et vestes ont été les grands favoris de l’opération. Les heureux gagnants avaient tout de même une heure pour sélectionner un haut et un bas. Avant de repartir, habillés de la tête aux pieds...en Desigual.

Julie Olagnol

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site