Créer un site internet

Marchés d'Anjuna et de Mysore

Vous avez sûrement déjà entendu parler des plages mythiques de Goa ? L'une des plus célèbres, Anjuna, abrite un célèbre marché hippie. A l'intérieur des terres, dans l'Etat authentique du Karnataka, le marché aux fleurs de Mysore vous enchantera par ses effluves. 

Marché aux puces d’Anjuna : à qui profite l’arnaque ?

Marche anjuna nord goa

Que reste-t-il de hippie à Goa ? Grosse déception à la descente du train au petit matin à Margao. Stimulés par la verdure, les marécages, les palmiers et les cocotiers qui se dessinent sur le bord de la route, vous vous attendrez à tomber immédiatement sur des freaks chevelus et des ravers. On vous aura peut-être vanté aussi la gentillesse des Goanais, issus d’un métissage avec les Portugais catholiques – qui n’ont quitté les lieux qu’en 1961. Margao est en fait une ville comme les autres et c’est plus tard que vous croiserez des touristes en tenue légère.

Ne confondez pas la ville de Old Goa, avec l’Etat de Goa, et les plages de Goa. Il en va de votre sang froid. En effet, plus d’une centaine de kilomètres séparent les deux extrémités. Pour vous rendre sur la plage d’Anjuna, il vous faudra donc rejoindre le centre-ville, puis un bus pour Panjim (30 Rs), un bus pour Mapusa (10 Rs) et un bus pour Anjuna (10 Rs).

Anjuna est une station balnéaire agréable et étendue. Hôtels et restaurants occupent le centre-ville. Au Poonam Village Resort (1200 Rs), l’accueil est plutôt sympathique. Sur le trajet de la plage, le coiffeur ou la laverie côtoient les stands des hippies installés ici depuis des lustres. Sur la plage même, des dizaines de bars restaurants avec transats appellent au farniente. Un peu plus loin, mais facilement repérable, le flea market d’Anjuna beach, royaume de l’arnaque et de l’hypocrisie.

Je ne peux quand même pas vous déconseiller d’aller à ce marché aux puces, qui est l’un des plus grands d’Inde, avec quantité de fringues baba-cool et objets d’artisanat local. Toutefois, sachez que les prix sont beaucoup plus élevés qu’ailleurs et qu’il est, par exemple, impossible de trouver des tenues décentes pour la suite d’un voyage en Inde. Il faut négocier ferme : 400 Rs pour un pantalon contre 2800 Rs demandées initialement par le vendeur.

Au marché, on peut apercevoir de rares hippies d’époque, tenant parfois des stands, quelques amateurs de techno et des Russes, beaucoup de Russes. Méfiez-vous avant de vous avancer dans les étals car les commerçants sont insistants, même si leur manège participe aussi à l’amusement. Des Indiens disent par exemple aux touristes qu’ils ont du savon dans les oreilles avant de brandir une fausse carte de médecin pour les nettoyer…

Le plus agréable reste de boire une bière dans une paillote après un bon bain de mer. La plage n’est pas bondée et l’eau est chaude. Les restaurants, bien que plus chers que dans le reste de l’Inde (comptez minimum 200 Rs par personne), proposent des spécialités locales et de la nourriture occidentale. Dans une hutte en bambou avec de confortables canapés sur la plage, testez le xacuti, du poulet teinté d’épices vertes à la noix de coco qui se mange avec du riz, et le féni, de la liqueur de noix de cajou. Le soir, vous verrez, point de rave party géante sur la plage, mais juste de la trance psyché dans certains bars et dans plusieurs maisons.

 

Mysore : un commerce étroit avec la France

Marche aux fleurs mysore

Au marché aux fleurs de Mysore, l’un des plus beaux d’Inde, aux allées spacieuses et propres, vous pourrez apprécier pleinement les effluves de santal et de jasmin, sans vous sentir gênés par les regards ou agressés en anglais parce que, non, vous n’avez pas envie d’un tapis ou d’une selle de vélo. Au contraire, les commerçants ont l’intelligence de vous prendre par la douceur et ça fonctionne, puisque vous repartirez probablement avec de l’encens et des huiles essentielles.

Leur stratégie est toujours plus ou moins la même. Les enfants, vifs et débrouillards, vous demandent votre nom et se présentent en vous serrant la main. Ils commencent à vous parler dans notre langue, pas seulement pour dire « ça va bien ? » mais pour vous faire rire avec des expressions bien de chez nous. La plupart ont des contacts répétés avec les Français qui achètent des produits indiens en grande quantité et les revendent dans leurs boutiques en France. Après vous avoir menés à leur échoppe, le papa ou le tonton vous montre des dizaines de petits carnets avec des photos et des commentaires, classés par pays d’origine. Ils vous expliquent ensuite comment fabriquer de l’encens et vous en offrent en cadeau lorsque vous achetez une mignonnette d’huile essentielle.

Au stand des pigments colorés, un vendeur explique que les touristes se font rares à Mysore, sauf la soirée de la veille en raison de la présence d’Amma, qui attire beaucoup de Français en voyage spirituel. Les prix pratiqués collent davantage aux prix indiens. Ici, on joue de la flûte, là, on se fait dessiner une fleur sur la main, l’ambiance est bon enfant. Au fond du marché, après les beaux légumes, les stands des marchands de fleurs. Elles arrivent dans de gros sacs qui sont versés sur les étals pour être triées et traitées. Au centre de l’allée, une sorte de grande table sur laquelle travaillent hommes, femmes et enfants en musique, pour tresser des couronnes et des guirlandes d’ornement pour les temples ou les célébrations. Il faut dire que Mysore est célèbre dans le pays tout entier pour ses décorations florales

Pour plus d'informations, n'hésitez pas à me contacter ou découvrez le carnet de bord.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site